Reportage – Apple, la tyrannie du cool [Arte]

Par -

Liens commerciaux

Pour les fans de la marque, un reportage déjà diffusé il y’a quelques semaines en belgique, et qui depuis fait le buzz sur internet, va être diffusé ce soir sur Arte . (à savoir qu’il sera rediffusé le 16 décembre à 10h50)

Steve Jobs

Le descriptif d’ Arte :

Autobiographie d’un accro de la marque à la pomme : une analyse critique et drolatique, du neuro-marketing (sic) à l’art en passant par la sémiologie.

Liens commerciaux

Le décès de Steve Jobs, le 5 octobre, a illustré avec éclat le paradoxe d’Apple, qui est au centre de ce film : c’est la première fois dans l’histoire qu’un entrepreneur a été ainsi salué et pleuré comme un bienfaiteur de l’humanité, et son succès commercial fêté à l’égal d’une oeuvre de génie. Pour les contempteurs du consumérisme, cette dévotion planétaire témoigne du triomphe du capitalisme et de la marchandisation des esprits. Dimitri Kourtchine et Sylvain Bergère, eux, ont décidé de juger sur pièces, et plutôt que d’instruire le procès de la « moi technologie » selon Apple, entreprennent de l’explorer. Un panorama ludique de la planète à la pomme, qui interroge un phénomène de société à part entière. Voire, comme l’affirme un sémioticien, une révolution cognitive ?
Deux chercheurs de l’université de Toronto expliquent en tout cas de façon lumineuse comment la contre-culture, qui voulut dans les années 1960 combattre le capitalisme en luttant contre l’homogénéisation des modes de vie, a au contraire merveilleusement servi le « système » en multipliant les formes de consommation. Un spécialiste du « neuro-marketing » affirme très sérieusement que les zones cérébrales réagissant à l’utilisation de l’Iphone sont celles de l’amour et de la peur (d’être tout seul). D’un ordinateur portable plaqué or à un plasticien spécialisé dans la destruction au chalumeau des produits Apple, en passant par le conseiller d’Obama, Tim Wu, qui compare le succès de Steve Jobs à celui d’Hollywood, en soulignant que l’humanité préfère en général « la facilité et le confort » à la liberté, un tour d’horizon distancié et instructif, en forme d’autobiographie d’un Apple-addict.

Ce reportage est d’ores et déjà très critiqué, du fait de son ton critique (déjà rien que l’association entre « Apple » et « Tyrannie » dans le titre) envers Apple.

Apple addict !

2 commentaires to Reportage – Apple, la tyrannie du cool [Arte]

  1. J’ai vu le reportage hier soir, il faut souligner le ton amusant (l’histoire commence sur une rupture amoureuse) quelques plans du même registre (des pommes plein le frigo) et ce reportage a l’avantage de permettre à de nombreux proches du fameux disparu de témoigner.

  2. J’ai la chance d’avoir un beau père trop cool qui me l’a enregistré ^^. J’ai pu en entendre quelques extraits (j’étais dans une autre pièce) et j’ai juste trouvé les analyse géniales. C’était les passage à propos de la contre culture entre autres.

    Je m’y suis moi-même identifié, car étant très lié au mouvements punk/rap/rock/skate/tatouage, interessé par la politique et la culture et plutôt anticapitaliste/cooperativiste par essence politique. Cependant, je consomme énormément en habits/chaussures/casquette et bien sur produits Apple. Tout ça pour montrer ma différence avec les gens « mainstream » et dans le moule. Je me suis alors rendu compte que je consommais bien plus qu’eux !

    En tout cas je tenais à dire que je trouve l’ergonomie de ce site très agréable, bon boulot :) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /var/www/blogdumac.com/htdocs/wp-content/themes/codilight/footer.php on line 55

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /var/www/blogdumac.com/htdocs/wp-content/themes/codilight/footer.php on line 56